Savoir composer et cadrer

Arrière-plan et premier plan

2 commentaires

Ce sont vos choix de cadrage et d’angles de prise de vue qui déterminent l’arrière-plan et le premier plan de votre photo. Lorsque vous regardez votre scène à travers l’appareil photo, ne focalisez pas uniquement votre attention sur votre plat. Considérez l’image dans son ensemble. Les différents éléments, qu’ils se trouvent derrière ou devant, sont tout aussi importants puisqu’ils font partis de la scénographie et de l’ambiance.

Faire attention à son arrière-plan

On appelle l’arrière-plan tout ce qui se trouve au “fond de la photo”, c’est-à-dire la partie la plus éloignée de votre objectif. En photo culinaire, je distingue deux types d’arrière-plan :

  • Ce qui se trouve à l’extérieur de votre scène.
  • Ce qui se trouve sur votre scène.

Si pour le premier il est à exclure dans la plupart des cas, pour le second, il est important de savoir l’intégrer.

Gérer l’extérieur de votre scène

Les bords de votre scène vont devenir la limite à ne pas dépasser au moment du cadrage. Et c’est en inclinant votre appareil vers le bas qu’il sera facile de cadrer au niveau du fond. Plus vous relèverez l’objectif, plus vous inclurez l’environnement : un bout de chaise, un bout de canapé, une partie de la cuisine ou du bureau…

La photo ci-dessus vous montre le contexte dans lequel je prends mes photos. Il y a donc une plante, un canapé, un meuble télé, un lampadaire… Tous ces éléments n’ont pas lieu d’être sur cette photo de beurre aux algues : d’une part parce que le sujet principal est noyé dans un environnement encombré, d’autre part parce que ce décor n’a pas de lien avec notre sujet.

Je me suis rapprochée de la scène mais il reste encore des parties extérieures à mon fond en bois. Bien que la photo soit plus compréhensible car beaucoup moins encombrée, cela ne va pas non plus. On voit un bout de plante, une bout de pied du tréteau, le parquet. On se dit que le cadrage est bancal et qu’il n’y a pas de raison de voir ces éléments. Il faut donc se rapprocher encore !

Aussi, vérifiez au moment du cadrage à bien exclure tous les indésirables et à vous limiter aux bords de votre fond. Seule votre scène compte. Adaptez votre angle de prise de vue et/ou cadrez plus serré si nécessaire comme je l’ai fait pour la photo ci-dessous.

Mais parfois, il n’y a pas d’autres solutions que de cadrer un peu large et de dépasser de sa scène. Il existe quelques astuces pour palier à ça.

Si vous en avez la possibilité, placez votre scène contre un mur uni de votre intérieur ou placez un drap suspendu ou une planche en bois afin de créer un fond vertical neutre. Cela facilitera vos prises de vue et vous n’aurez plus à vous soucier de ce qui se trouve derrière votre scène. Je vous le recommande vivement, surtout pour les prises de vues frontales.

Pour cette photo ci-dessus, j’ai placé un fond noir. Non seulement j’ai pu réaliser une prise de vue plus frontale mais ce fond contribue beaucoup à l’ambiance de la photo.

Si vous n’avez pas de fond, vous pouvez jouer vous-même le rôle de l’arrière-plan ! Cela nécessitera une télécommande (ou simplement d’utiliser le retardateur).

Je viens de vous donner quelques conseils pour éviter de photographier l’extérieur de votre scène mais cela ne signifie pas pour autant devoir toujours l’exclure ! Si vous disposez d’une belle table et de jolies chaises, dans ce cas pourquoi ne les exploiter en incluant une partie de la table et un dossier de chaise ? Vous mettrez ainsi votre plat en situation dans un contexte chaleureux. C’est un peu comme si vous invitiez la personne qui regarde votre photo à venir s’installer sur la chaise pour déjeuner.

Il ne faut pas hésiter à exploiter les jolis coins de votre maison !

Votre cuisine est-elle jolie, lumineuse, et peut-être même ouverte ? Alors profitez-en pour y faire des photos !

Vous avez une jolie table basse ? Réalisez une ambiance « plateau télé » si elle est en phase avec ce que vous avez préparé. Soignez toujours votre arrière-plan : mettez sur votre canapé de jolis coussins, un plaid. Associez les couleurs.

Une recette de petit déjeuner ? Parez votre lit de sa plus jolie parure et placez un plateau pour une séance photo authentique !

Agencement des éléments de votre scène

À l’intérieur même de votre scène, l’arrière-plan va correspondre aux éléments que vous avez choisis de placer derrière votre sujet principal : ingrédients, vaisselles, tissus, fleurs…

Le plus simple est de commencer sobrement avec peu d’éléments pour bien mettre en valeur votre plat comme je l’ai fait pour la photo ci-dessous.

Et puis certaine recette vont vous donner envie de réaliser une mise en scène plus riche. Alors pour mettre en valeur votre plat, évitez de trop superposer les éléments les uns derrières les autres, afin de laisser « respirer » votre sujet principal. Placez-les plutôt autour. Et cela est d’autant plus vrai si vous optez pour une grande profondeur de champ (c’est à dire, une photo toute nette). En effet, la superposition des éléments va rendre votre image moins lisible et sembler étouffante.

Pour éviter ça :

  • Décalez-vous, changez d’angle de prise de vue, baissez-vous ou reculez.
  • Changez tout simplement l’emplacement du décor jusqu’à obtenir la bonne disposition. C’est souvent la meilleure des solutions !

Sur la photo ci-dessus, j’ai fait en sorte que la bouteille, les pailles, le bol ne touchent pas le verre. C’est devenu un reflex au fil de la pratique, je fais beaucoup attention à ça au moment des prises de vue.

Si vous décidez tout de même de superposer différents éléments, choisissez une faible profondeur de champ afin de rendre l’arrière-plan plus abstrait. Il sera moins gênant et le regard ne se dispersera pas un peu partout dans l’image, il restera focalisé sur le sujet net.

Pour des éléments imposants, comme une passoire, un saladier, une cocotte, je vous conseille de les placer le plus loin possible et/ou de le couper dans un coin de l’image pour n’en montrer qu’une partie.

 

Savoir intégrer un premier-plan

À l’inverse de l’arrière-plan, le premier plan se situe au plus près de votre appareil photo : c’est le premier élément que l’on voit en termes de distance. En général, nous avons tendance à poser notre plat sur ce plan, mais il est intéressant de changer sa perception en le plaçant un peu plus loin sur l’image (à mi-distance) ou franchement au fond. Vous allez alors pouvoir introduire un premier plan d’une manière classique ou plus originale.

Un premier-plan « classique »

Ce style de premier plan consiste tout simplement à placer devant votre sujet quelques éléments qui vont contribuer à l’ambiance de votre scène. Plongez-les dans un léger flou afin de les rendre un peu plus discrets. Faites attention aux proportions entre votre sujet principal et le premier plan : ne placez pas un récipient, un ustensile trop imposant, ou alors placez-le en coin pour le couper et réduire son impact visuel.

Rappelez-vous que le point fort de votre image reste votre plat !

Ci-dessus, j’ai choisi de placer devant des feuilles de menthes, quelques biscuits afin d’habiller l’image et de la rendre plus gourmande. La menthe apporte en plus de la couleur et rappelle la saveur de ces sablés.

Un premier plan original

En intégrant un premier plan original, vous allez donner à votre image une sorte de cadre qui va “emprisonner” l’œil sur votre plat. Pour y arriver :

  • Optez pour une faible profondeur de champ.
  • Approchez votre objectif au plus près du premier plan.
  • Réalisez la mise au point sur votre plat.

En approchant votre objectif sur le premier plan et en utilisant une faible profondeur de champs, vous allez rendre les éléments qui s’y trouvent diffus. Ils vont servir d’assise au cadre et agrémenter l’image de touches colorées.

Soyez attentif à l’espace que va occuper ce premier plan. D’une manière générale, ne dépassez pas le tiers du cadre, votre photo paraîtrait encombrée par cette masse floue et colorée.

Pour cette photo, j’ai choisi de placer un bouquet de persil qui vient apporter une note colorée.

Vous pouvez aussi vous amuser avec une guirlande lumineuse ! Nous avons l’habitude de placer les guirlandes en arrière-plan pour créer un joli bokeh. Mais il est possible de le faire pour le premier plan. Il suffit d’approcher de l’objectif une guirlande lumineuse afin d’apporter de la magie tout en préservant votre sujet de tâches trop gênantes.

Exercices pratiques

Encore une fois, faites bien attention à la superposition des plans afin de ne pas encombrer l’image, ni la rendre trop lourde. Le but est de mettre en valeur votre sujet et non de le dissimuler parmi de nombreux éléments décoratifs. Faites attention à laisser suffisamment d’espace autour de lui ou à rendre abstrait l’arrière-plan. Ayez toujours à l’esprit que vous pouvez déplacer les éléments, modifier votre angle de prise de vue et de cadrage.

  • Cherchez un emplacement adéquat chez vous et exercez-vous à cadrer de manière à inclure uniquement votre scène. Placez-vous différemment (plus en hauteur par exemple), rapprochez-vous ou essayez un autre objectif.
  • Préparez une scène à photographier. Placez votre plat au premier plan ou à centre et ajoutez au fur et à mesure deux ou trois éléments. Placez-les de façon à mettre en valeur votre sujet, à raconter une histoire et à transmettre une ambiance. Jouez sur la profondeur de champ pour obtenir un arrière-plan flou ou net. Téléchargez par la suite les photos sur votre ordinateur et voyez celles qui vous plaisent et celles qui vous gênent. Observez comment s’articulent les éléments sur chacune d’entre elles et demandez-vous pourquoi vous aimez ou non cette photo ? C’est en analysant votre ressenti que vous saurez, pour les prochaines fois, les erreurs à ne pas commettre.
  • Reprenez la même scène mais placez cette fois-ci un premier plan. Là encore, commencez avec peu d’éléments. Cela peut être un ingrédient, une herbe, des couverts, un petit pot, quelques fleurs. Placez-les devant votre sujet principal. Pour un premier plan original, il est plus facile de s’entraîner avec des fleurs ou des herbes aromatiques. Approchez-vous, utilisez une faible profondeur de champ. Cherchez des cadrages différents, des points de vue originaux. Visualisez vos photos sur votre ordinateur et recommencez le même travail d’analyse.

2 Commentaires

  1. Bonjour chère consoeur,

    Je suis autodidacte en photo (j’ai gagné mon premier concours dans les 70’s), et je ne l’ai jamais pratiquée au niveau professionnel. Je faisais beaucoup d’animalier (80% environ), du paysage, de l’archi et du familial pour… La famille.

    En dehors de ça, passionné de gastronomie, depuis quelques années je m’étais mis à photographier nos plats, mais sans trop de mise en scène. Je me suis mis à en faire de plus en plus et, mon activité professionnelle étant ce qu’elle est, j’ai décidé de devenir photographe culinaire professionnel. J’ai la faiblesse de croire que je maîtrise la technique photo, et je travaille d’arrache pied la maitrise de la lumière artificielle que l’on utilise pas vraiment en animalier.

    Par contre, j’ai été bien content de trouver votre article, car c’est bien dans la mise en scène que je pèche. N’étant pas styliste, il faut que je fasse de gros efforts. Votre article m’est d’un précieux secours, merci.

    A bientôt certainement ici 🙂

  2. Ce site fait partie de mes favoris, une vraie source inspiration pour les blogueurs et blogueuse culinaires
    et cet article m’intéresse d’autant plus que c’est un peu là que je galère un peu
    alors merci
    et surtout continuez comme ca

Laisser un commentaire