Retoucher les images

Pourquoi retoucher ses photos culinaires ?

8 commentaires

Le post-traitement se définit par l’ensemble des modifications apportées sur une image via un logiciel de retouche. Entre le sujet réel et sa représentation sur écran, il y a souvent une différence. Une image brute a toujours besoin d’un petit coup de pouce pour révéler sa beauté : un peu plus de contraste, un peu plus de luminosité, un peu plus de netteté… Le post-traitement doit être vu comme une finalité à l’acte photographique.

Je ne vais pas rentrer dans les détails des retouches aujourd’hui. Je publierai au fur et à mesure des articles sur le sujet pour vous aider dans cette démarche.

Pour le moment, je voudrais juste vous présenter les retouches possibles et vous montrer que ce n’est pas parce qu’on a un appareil photo dernier cri que vous pouvez outrepasser cette étape. Je vais vous proposer quelques photos avant/après.

Que peut-on retoucher ?

Les retouches sont multiples et peuvent aller de la simple correction de luminosité à la suppression d’une tâche gênante sur une assiette. Je vous propose un tour d’horizon des différentes améliorations que vous pouvez apporter à vos images. Il y aura un article pour chacun d’eux au fur et à mesure.

Recadrage et redressement

Recadrer consiste à exclure de l’image un ou plusieurs éléments parasites. Aussi faible soit-elle, cette correction va déplacer les différents sujets au sein de ce nouveau cadre. Veillez à garder une certaine cohérence entre la nouvelle forme du cadre et celle d’origine (format rectangulaire 2:3, 16:9 ou 4:3) pour ne pas obtenir une nouvelle composition incohérente.

Soyez également attentif à l’orientation de vos images. Prises à main levée, il est possible qu’elles soient légèrement penchées gênant l’harmonie générale. Dans ce cas, il est recommandé d’utiliser l’outil de redressement afin de rendre les lignes verticales et horizontales parfaitement parallèles aux bords du cadre. Attention toutefois, en redressant l’image, une partie du décor sera rognée et certains éléments disparaîtront.

La netteté

Une image floue ne peut être retouchée. En revanche, une photographie déjà nette peut gagner un peu plus en précision, c’est ce que l’on appelle le piqué d’une image.

La luminosité

La question de la luminosité d’une image va dépendre du message que vous souhaitez faire passer. Vous aurez peut-être à renforcer votre message par l’ajout ou la suppression de lumière en post-traitement.

Le contraste

Le contraste se caractérise par la différence de densité entre les tons clairs et les tons foncés. Prenons l’exemple d’une image en noir et blanc, plus parlante qu’une photographie couleur. Si celle-ci est fortement contrastée, elle présentera des noirs profonds et des blancs lumineux, laissant une faible place à la palette de tons gris. La même image, faiblement contrastée, donnera l’impression d’être voilée. Les noirs et les blancs sont remplacés par différentes tonalités de gris.

La balance des blancs

Bien qu’elle puisse être gérée directement avec les réglages de votre appareil photo, la colorimétrie de vos images a parfois besoin d’être légèrement corrigée après la prise de vue.

La vibrance et la saturation

Vous connaissez sûrement le terme de saturation mais sûrement moins celui de vibrance. Il existe une différence essentielle entre les deux. Là où la saturation va booster toutes les couleurs de l’image de la même manière, la vibrance va s’occuper d’accentuer les couleurs par ordre de priorité. Elle va donc se charger en premier des couleurs froides plus difficiles à intensifier (bleues et vertes) avant de s’occuper des couleurs chaudes, toujours plus vives par nature. Le résultat est plus naturel et harmonieux.

Utilisation du tampon de correction

Certains diront qu’il s’agit de triche, je pense personnellement que c’est une manière comme une autre de retirer les petits défauts d’une image que l’on ne peut pas toujours cacher dans la réalité.
Les petites coulures disgracieuses que l’on remarque après la prise de vue, les défauts des planches en bois, une tâche sur un tissu, un bout de fil. Il est très facile de corriger ces petits défauts qui peuvent venir gêner l’œil de votre spectateur grâce à l’outil tampon de correction.

Et puis…

… il y a des retouches moins généralistes, plus précises comme l’ajout d’une lumière uniquement sur le sujet, l’ajout d’un vignettage tout autour de la photo, la modification d’une couleur de tissus ou d’un élément de la photo, améliorer la forme d’un biscuit, etc…

On peut faire beaucoup de choses en post-traitement !

Quelques avant / après

avant-apres1avant-apres2 avant-apres3 avant-apres4 avant-apres5avant-apres6

8 Commentaires

  1. Un nouveau blog qui fait plaisir ! Je suis une adepte de ChefNini et je bave toujours devant tes photos avec l’envie de pouvoir m’y mettre, voilà qui devrait m’aider.
    Des conseils sur les logiciels à utiliser pour les retouches photo ?
    Bonne continuation et merci pour toutes ces découvertes =)

    1. Bonjour Clémentine,

      Concernant les logiciels, j’ai toujours utilisé Photoshop. Mais si tu cherches un logiciel gratuit qui peut s’occuper des retouches de base, il y a Paint.Net. Il y a aussi Gimp qui est pas mal.

  2. Bonjour Virginie,

    je te suis depuis un moment et voilà ton nouveau blog qui va beaucoup aidé les adeptes de la photo culinaire comme moi, merci beaucoup.
    J’ai délaissé mon blog depuis un moment et je compte m’y remettre très bientôt. Je retouche mes photos avec Picmonkey, à ton avis est-ce un bon choix ou faut-il se tourner vers des logiciels plus professionnels comme photoshop?

    1. Bonjour Nida,

      Merci pour ton message !
      En ce qui concerne le logiciel Picmonkey, je ne l’ai jamais pris en main alors je ne sais pas ce que tu peux faire avec.
      Je vais faire d’autres articles plus poussés sur la retouche, je pense que tu verras à force si tu es limitée ou pas avec ton logiciel actuel. Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir le dernier logiciel de retouche photo, surtout quand on blogue pour le plaisir et qu’on ne souhaite pas se professionnaliser. Ces logiciels sont en plus très complexes et pas évident à prendre en maon. Il vaut mieux s’attarder à réussir ses photos avec son appareil. La retouche, c’est du bonus.

  3. Bonsoir Virginie,

    Je viens de découvrir ton blog sur la photo culinaire et je l’adore. Tu fournis énormément de détails et les explications sont très claires. Je viens d’acquérir un appareil photo et ton blog m’aide beaucoup. (J’utilisais mon téléphone avant).
    Maintenant il va falloir que je mette en pratique tous tes conseils :).

    Il va falloir que je vois aussi pour le logiciel de retouche :).

    Merci en tout cas.

  4. Bonjour Virginie,

    Je trouve que vous retouchez trop vos photos, certaines sont trop éclaircies et ont perdues en détail.
    La seule pour moi qui est proche du rendu naturel c’est celle avec la tartine de fromage avec les mûres.
    Malheureusement, sur beaucoup de blogs culinaires on voit des photos tellement blanchies qu’elles ont l’air surexposées et ne font plus naturel.
    Les photos de type « rustique » comme vous les appelez, sont celles que je préfère, car justement elles font vrai.
    Mais tout ça n’est que mon point de vue.

    1. Bonjour Katia,

      Tout est une question de goût et forcément on ne peut pas plaire à tout le monde, ça c’est bien normal. Y’a pas de souci.
      Par contre, je viens de regarder les photos que j’ai mis sur cet article et je m’étonne quand même tu les trouves trop claires. Du coup, je me demande si ton écran est calibré correctement. On n’y pense pas toujours mais ça joue beaucoup sur le rendu des photos.
      Par exemple, quand je suis sur l’ordinateur de mes parents, les photos paraissent plus saturées car leur écran est mal paramétré.

  5. Bonjour Virginie,

    Pour réagir sur le dernier commentaire (celui de Katia), vous avez raison en parlant de l’écran. Personnellement, j’ai deux écrans, l’un que l’on peut calibrer (j’ai une sonde) sur lequel je travaille mes photos, et l’autre que l’on peut régler, mais pas calibrer car plus bas en gamme. Je m’amuse souvent à passer de l’un à l’autre afin de réaliser un bon rendu puis à passer sur le second afin de vérifier ce que ça donne chez les 3/4 des gens. Je l’ai fait avec cette page et cela vous donne 100% raison. Il m’est arrivé souvent sur les forum que l’on me dise que mes photo étaient surexposées.

    Pour les logiciels de post-traitement, perso je préfère ceux qui sont dédiés à la photo. J’ai longtemps utilisé le logiciel de Nikon (je suis Nikon 🙂 ) Capture NX2 qui utilisait une technologie d’avant garde et extrêmement performante, les U-points. Malheureusement ils ont perdu les droits et ils ont stoppé la diffusion de ce soft. Maintenant j’utilise la suite DXO : OpticsPro, ViewPoint et FilmPack. C’est très puissant et très automatisé. La grande spécificité c’est que, comme DXO est une société d’optique à la base, la correction de géométrie due au couple boitier-objectif est faite automatiquement. Pour des objectif bas de gamme c’est bluffant. Sinon, la grande majorité des photographes, pros comme amateurs, utilisent Lightroom d’Adobe, petit frère de Photoshop dédié à la retouche photo.

    Pour terminer, je dirais que le post-traitement c’est l’équivalent du développement en argentique (avec l’évolution technologique), ce n’est en aucun cas de la triche.

Laisser un commentaire